12/01/2007

2. Le choix de la narration.

C'est pour cette raison que je me suis retrouvée face à un choix important dans la manière de mener la narration : soit je me servais du personnage pour créer une histoire, j'entrais dans la création d'une intrigue, et j'obtenais un roman dans le sens classique du terme.Mais n'était-ce pas là une trahison par rapport à cette petite fille que de la forcer à raconter une histoire dans sa suite logique, alors qu'en vérité, une enfant de cet âge a tendance à embrouiller les choses, à sauter du coq à l'âne, et à mélanger l'essentiel et l'accessoire et, surtout, n'a pas encore la capacité de construire son discours, ne fut-ce que dans sa chronologie…La seconde possibilité qu'il me restait était donc celle-là : laisser s'installer ce désordre, cette réalité d'enfant, ne pas intervenir avec ma raison d'adulte, cette raison qui veut que tout soit organisé et géré de manière rationnelle.Cette approche était un peu risquée, et j'en avais pleinement conscience. Mais elle me permettait de conserver intacte la magie de cette enfant, et par là même de cette enfance.Après mûre réflexion, j'ai opté pour cette seconde voie.Ce que je veux ainsi clarifier, c'est que la décision de bousculer les règles du récit classique dans « Première communion » n'est pas un acte gratuit, et encore moins une négligence, mais qu'il correspond bien à un choix délibéré de ma part.Une de mes grandes joies, à la sortie du livre, fut d'ailleurs de constater l'accueil inattendu et parfois enthousiaste qui lui a été réservé dans les milieux des psychologues, où il a fait l'objet d'analyses car, selon certains, on y retrouve exactement le discours, la construction mentale et la logique d'une enfant de l'âge de celle de « Première communion ».En résumé, nombre de gens, en ouvrant un livre, s'attendent à ce qu'on leur raconte une histoire. Or je propose ici de s'ouvrir à un autre type d'expérience, au fait que le livre peut être un espace de liberté incroyable tant pour l'auteur que pour le lecteur, un espace d'expériences nouvelles, une manière différente de s'enrichir.Et c'est de cette manière toute simple que je vous invite à aborder « Première communion »…

Les commentaires sont fermés.