12/01/2007

1. L'enfance.

« Première communion » est avant tout une immersion dans l'univers d'une petite fille (même si je me suis quelquefois « tenue derrière elle » avec des mots d'adulte pour éviter l'effet « verbiage ».) Quelquefois, elle nous livre elle-même des anecdotes, quelquefois il s'agit d'une incursion de type quasiment « documentaire » dans ses pensées intimes.L'enfance est le repaire de sensations extrêmes. On voit par exemple l'émerveillement de la petite fille devant la boîte à couture de sa grand-mère, qui lui apparaît comme un vrai petit théâtre d'où les fils multicolores, les craies et le mètre-ruban surgissent comme autant d'acteurs.Puis il y a aussi les peurs insensées de l'enfance. Par exemple, la narratrice cesse de respirer quand elle passe devant le sanatorium, de peur d'attraper la tuberculose. Elle a aussi peur de grandir, elle aimerait savoir comment ça va se passer, est-ce qu'elle va grandir de la tête d'abord, ou des bras, ou alors des jambes ? Est-ce que cela ne risque pas d'être monstrueux, est-ce qu'on va se moquer d'elle à l'école, combien de temps va durer sa nouvelle apparence ?Enfin, il y a la dimension créée par l'imaginaire de l'enfant. Ainsi, elle prête vie aux objets, elle écoute parler la boîte à couture et l'horloge, elle discute avec les fantômes du salon de coiffure vide de sa tante Marie et enfin elle s'invente un amoureux, Serge.En évoquant le regard encore neuf des premières années d'une vie, en évoquant le côté à la fois magique et effrayant de l'enfance, j'ai entrevu la possibilité d'inviter le lecteur à retrouver ses propres sensations d'enfance, celles que l'on efface souvent en grandissant, parce qu'on les trouve dérangeantes, ou qu'elles sont liées à des sentiments de peur insoutenables.Cette optique m'a immédiatement semblée très séduisante, car je ne me souvenais pas avoir lu ou entendu parler d'aucun ouvrage qui proposait vraiment d'emprunter ce chemin.

Les commentaires sont fermés.