23/04/2006

 

6. Le jour officiel des communions approche à grands pas. Dans ma famille, on ne fait pas sa communion. Quand j’insiste pour faire ma communion, papa prétend que, tout ce que je veux, c’est recevoir des cadeaux. Je promets que je ne veux pas de cadeaux. Alors maman dit que ce doit être pour la robe blanche et longue avec des froufrous. Je ne veux pas de robe blanche à froufrous.Je veux seulement rencontrer Dieu.Quand je demande à Dieu de le rencontrer, j’obtiens le silence comme unique réponse. Un silence infini, un silence issu du cœur silencieux du monde.Oh Dieu meilleur que le chocolat, je te respire dans les bois mouillés, je te mange avec la colle à papier, Dieu au goût d’amande douce. Et, lorsque tant de douceur m’exaspère, je m’enfonce des cailloux dans les paumes des mains, Dieu de sang et de douleur, Dieu des larmes salées et du silence des suppliciés, je me fais mal sans crier puis le temps d’un battement de cils je cours à nouveau avec le lierre le long des murs, je grimpe de plus en plus haut, je m’étire vers le ciel pour finalement culbuter dans l’herbe, abandon retrouvé je me nourris de renoncules, fleurs de beurre et beurre tendre du matin dans l’alcool des rosées, je pose ma tête sur le sol, épaule infinie de Dieu.Je mange le monde pour Te goûter dans Ta chair.Je mange ce qui ne se mange pas, beurre de cacao et pâte dentifrice, pour Te surprendre là où Tu ne m’attends pas et savourer un peu de Ta présence, te voler un peu de terre de ma patrie. Comme un affamé de pain chaud, un assoiffé d’eau fraîche, je suis avide de Toi.La tante de Pascale m’a donné un chapelet en plastique blanc et elle m’a un peu raconté Ta vie. Elle m’a dit qu’en priant beaucoup, je rentrerais dans Ta maison.Mon vrai père qui est aux cieux, avec une maison qui tient toute seule dans les nuages…

Les commentaires sont fermés.